Les drôles de dames chez Main Forte

Juin 2018

C’est une première : Main Forte compte parmi son équipe pas moins de quatre conductrices. De quoi peut-être donner envie à certaines !
Le signe aussi que Main Forte, conformément à ses valeurs et à ses engagements (cf notre article sur la Charte diversité), œuvre pour la mixité des équipes et l’ouverture du métier de conducteur aux femmes dont c’est le projet.
Certes, pour ces femmes, l’entrée dans le métier n’a pas été facile… Difficulté à trouver un emploi, à convaincre, à obtenir les financements de permis poids-lourds… Lucy, Sylvie, Virginie et Marielle ont dû se faire une place dans ce métier principalement masculin. C’est à Main Forte qu’elles ont trouvé l’opportunité de réaliser leur projet.
Pour chacune, la motivation avant tout a beaucoup joué : « J’avais l’idée de faire ce métier depuis toute jeune » nous raconte Sylvie alors que pour Marielle le déclic a été plus tardif : « J’ai eu l’occasion de faire un stage d’observation et après des années à faire différents métiers, j’ai enfin su ce que je voulais faire de ma vie. Ça m’a fait tilt ».
Sûres de leur projet, elles se sont lancées « sans trop se poser de question ». Ces dames n’ont pas de difficulté à partager leur détermination et la passion pour leur métier : « J’adorais conduire donc je me suis dit pourquoi pas » confie Virginie. Pour Lucy, après avoir travaillé à l’usine, c’est avant tout « la liberté et le voyage » qui l’ont attiré dans ce métier.
Toutes ces femmes s’épanouissent dans ce milieu professionnel. Elles ne considèrent pas leur féminité comme un obstacle au quotidien : « Les équipements de manutention permettent de faire le boulot » affirme Sylvie. La présence de femmes dans le métier est plutôt bien reçue par leurs collègues masculins qui font preuve de solidarité : « Tout se passe dans le respect, ils sont serviables avec nous » (Marielle). Ces dames rencontrent d’ailleurs de plus en plus d’homologues féminines sur les routes, de quoi prouver une certaine évolution dans le secteur du transport.

Il est vrai, ces femmes ne peuvent se défaire des inconvénients intrinsèques au métier (horaires décalés, fin de journée imprévisible…) mais forces de détermination et d’organisation, elles ne regrettent en rien leur choix de devenir conductrice poids-lourds.

Une féminisation des métiers du transport est possible et Main Forte compte bien y contribuer à son échelle.